top of page

Stéphanie COULLON : Apporter son expertise pour construire durablement

Stéphanie COULLON : Apporter son expertise pour construire durablement

Bonjour à toute la famille SciGi.

Je m’appelle Stéphanie Coullon, et suis Ingénieure Environnement à la Fédération Française du Bâtiment. Mon rôle est d’aider les entreprises du bâtiment à intégrer l’environnement dans leur métier au quotidien. Je travaille au bureau, mais je rencontre aussi beaucoup d’acteurs variés (entreprises de travaux, architectes, représentants de l’Etat, journalistes, associations environnementales…). Occasionnellement je me déplace aussi sur des chantiers pour mieux comprendre les enjeux du terrain.

Pour vous donner un exemple, quand je travaille sur la gestion des déchets, je vais visiter des installations de recyclage, des chantiers pour voir comment sont triés les déchets. Il peut également m’arriver de rencontrer des start-up actives dans le domaine. Une fédération est un regroupement de toutes les entreprises d’un même secteur, à la fois pour avoir une certaine puissance d’influence, et à la fois apporter des conseils aux entreprises du secteur. Celle du bâtiment regroupe plus de 50 000 entreprises, aussi bien les plus grosses comme Bouygues, Vinci, etc. mais aussi les plus petites, et notamment tous les artisans du bâtiment. Pour ma part, j’apporte mes conseils essentiellement aux PME (Petite et Moyenne Entreprises) et TPE (Très Petite Entreprise) car, vu leur taille, elles n’ont pas de ressources dédiées aux sujets environnementaux.

Mes activités sont extrêmement variées : je contribue à la mise en place de filières de recyclage, ou de valorisation des déchets, mais j’aide aussi les entreprises à limiter leurs nuisances sur les chantiers (bruits, poussières), à préserver la qualité de l’air intérieur lors des travaux…etc. J’aide les entreprises à comprendre comment construire un bâtiment pour le rendre plus performant vis-à-vis de l’environnement (impact carbone, provenance des matériaux, consommations d’énergie…). Pour cela je développe des outils, mais aussi des services de formation à destination des entreprises du secteur. J’ai également une activité de lobbying : je fais une veille sur les lois, les textes juridiques en préparation qui touchent ces entreprises ; je suis en lien avec les politiques, les députés…cela allie le côté technique et l’aspect relations publiques.

J’occupe ce poste depuis 8 ans, et étonnamment, alors que le secteur est assez traditionnel, avec un développement peu dynamique, je constate que les choses évoluent : d’une part, la filière se rajeunit, et d’autre part, il y a une prise de conscience des enjeux environnementaux et des innovations poussées en partie par des évolutions réglementaires.

Aujourd’hui je m’épanouie dans ce métier et pourtant, le choix de mon parcours a été un moment difficile. Dans ma famille, personne n’avait fait d’études de sciences, je n’avais donc pas de modèle familial, mes parents étant littéraires tous les 2, à tel point que j’ai failli aller dans le commerce pour être moins en terre inconnue. Le plus difficile pour moi a donc été le choix de la filière en terminale. Mais finalement, je me suis écoutée : j’aimais la biologie, je me suis donc tournée vers une prépa BCPST (bio/maths/physique) même si je ne me suis jamais sentie super à l’aise en maths, mais la biologie m’a vraiment accrochée.

Aujourd’hui je m’épanouie dans ce métier et pourtant, le choix de mon parcours a été un moment difficile. Dans ma famille, personne n’avait fait d’études de sciences, je n’avais donc pas de modèle familial, mes parents étant littéraires tous les 2, à tel point que j’ai failli aller dans le commerce pour être moins en terre inconnue. Le plus difficile pour moi a donc été le choix de la filière en terminale. Mais finalement, je me suis écoutée : j’aimais la biologie, je me suis donc tournée vers une prépa BCPST (bio/maths/physique) même si je ne me suis jamais sentie super à l’aise en maths, mais la biologie m’a vraiment accrochée.

Alors, si j’avais un seul conseil à donner : écoutez vous vraiment, plus que les conseils que vous recevez ici ou ailleurs. Suivez votre instinct. Ce n’est pas qu’une question de notes, mais de goût. Faites ce qui vous plaît !
Stéphanie COULLON : Apporter son expertise pour construire durablement

A la suite de ma prépa, j’ai passé les concours et intégré AgroParisTech. Dans cette école, on apprend toutes les sciences du vivant, pas que l’agronomie. J’ai choisi la spécialité ingénierie de l’environnement (gestion des déchets, de l’eau, des sols,…). Pendant mes études, j’ai fait une césure de 6 mois au Canada, et 6 mois au Pérou pour des stages, C’était passionnant de découvrir d’autres cultures, et j’adore voyager !

Une fois mon diplôme obtenu, je pouvais travailler dans n’importe quel secteur d’activité qui présente des risques environnementaux. J’ai donc atterri, un peu par hasard, dans le secteur des carrières (extraction de matériaux de construction) ; ces sites ont des obligations de remise en état à la fin de leur exploitation, avec de forts enjeux sur la biodiversité. Après 3 ans et demi « en amont » de la construction, je suis arrivée dans le secteur du bâtiment.

J’ai donc toujours travaillé dans un milieu essentiellement masculin ; les patrons des entreprises de bâtiments sont souvent des hommes ; et à la direction technique de la fédération du bâtiment il n’y a pas beaucoup d’ingénieures…mais le travail est agréable car la diversité est reconnue comme un atout. D’autant plus qu’un des rôles de la fédération est aussi de promouvoir les métiers du bâtiment auprès des femmes.

De même, l’équilibre vie professionnelle/vie privée est satisfaisant de mon point de vue ; je suis maman de 2 petits garçons !

Il n’en reste pas moins que j’ai toujours eu l’impression de devoir faire, en tant que femme (et surtout de jeune femme !), un peu plus mes preuves et de devoir travailler plus pour être audible et crédible. Mais maintenant, j’ai de l’expérience, les gens me connaissent, et j’ai appris à passer outre. Et puis les mentalités évoluent dans le bon sens. Il y a des remarques sexistes que les gens n’osent plus faire.

Donc si j’avais un conseil sur ce point, développez la confiance en vous. Le reste suivra !

Si ce secteur vous intéresse, n’hésitez pas à me contacter !

Rédigé par Emmanuelle P.

Stéphanie COULLON : Apporter son expertise pour construire durablement

Comentarios


Logo de l'association Sciences for Girls
bottom of page