top of page

Margaret S. COLLINS: pionnière de l’Entomologie, surnommée "la Mère des termites".

“Rien dans la vie n'est à craindre, tout doit être compris. C'est maintenant le moment de comprendre davantage, afin de craindre moins.” - Marie Curie

Photo en noir et blanc de Margaret S. Collins sur les escaliers du Smithonian museum à Washington. Black&white.




Photo de Margaret S. Collins devant le fameux Musée National d'Histore Naturelle Smithsonian, à Washington.







Souvent considérés comme le pire cauchemar des propriétaires, les termites jouent en réalité un rôle important dans l'écosystème. Les termites contribuent à l'équilibre de la biodiversité: en plus d'être une source de nourriture pour la faune, les termites décomposant le bois mort tout en augmentant l’aération du sol. Margaret S. Collins est une zoologiste fascinée par le monde naturel et passionnée par les termites. Ses recherches ont permis de mieux comprendre le rôle et la diversité des termites.


Photo de près de la tête d'un termite, microscopie avec echelle de taille.


Photo d'un Parvitermes collinsae, une espèce de termite native des Antilles, découverte par Margaret S. Collins qui lui a donné son nom.





Enfance et éducation


Margaret James Strickland Collins est une afro-américaine née le 4 septembre 1922 en Virginie-Occidentale (États-Unis). Elle a la chance d’avoir des parents instruits. Son père, Rollins James, obtient un Master et donne des cours d'agriculture à des élèves du secondaire. Sa mère, Luella James, reçoit une éducation, mais est contrainte de quitter l'université en raison des difficultés d'accès à l'éducation pour les femmes.

Margaret reçoit une éducation de qualité; ses parents l’encouragent à développer sa curiosité, son empathie et son innovation. Dès son plus jeune âge, Margaret fait preuve d'un talent naturel pour la lecture et collecte des insectes qu’elle trouve dans sa cour et autour de chez elle. Passionnée par les sciences, elle obtient un accès exceptionnel à la bibliothèque du West Virginia State College pour lire et se former sur le monde fascinant des insectes. En tant qu'élève douée, elle saute deux classes et obtient son baccalauréat à seulement 14 ans, à l'école West Virginia State College. En 1943, Margaret obtient une Licence en Sciences biologiques de l'Université publique de Virginie-Occidentale.


Photo de Margaret S. Collins travaillant sur des termites, portant des lunettes loupes







Dr Margaret S. Collins travaillant avec des termites sur l'île Guana, dans les îles britanniques vierges (1993).









 

Elle rejoint ensuite l'Université de Chicago pour un doctorat avec le professeur Alfred Edwards Emerson, éminent zoologiste en classification et comportement social des termites. Le professeur Emerson interdisant aux femmes de l'accompagner dans ses expéditions, Margaret se contente d'étudier les termites en laboratoire en utilisant la collection constituée par ce dernier. Elle étudie tout sur les termites: leur diversité, leur anatomie, leur biologie et leur relation avec l'environnement. En 1949, elle devient la première femme afro-américaine à obtenir un doctorat en Entomologie.


Carrière


Pendant 30 années, de 1953 à 1983, Margaret occupe successivement des postes de professeure assistante puis professeure à l'Université Howard de Washington, à la faculté de biologie à l'Université agricole et mécanique de Floride (Florida Agricultural and Mechanical University - FAMU) et au Federal City College à Washington DC. Dans le même temps, elle effectue des travaux de terrain en Amérique du Nord et du Sud. Elle découvre deux nouvelles espèces de termites, le termite de bois humide de Floride (ou Neotermes luykxi) et le Parvitermes collinsae, nommé en son hommage. 


Photo du cahier de laboration du Dr Margaret S. Collins montrant ses écrits et dessins de termites




Cahier de laboratoire de terrain dans lequel Margaret S. Collins consigne ses recherches (1982)

Crédit: siarchives





En 1983, Margaret accepte un poste de chercheur principal au Smithsonian Muséum National d’Histoire Naturelle à Washington. Elle poursuit ses recherches sur les termites et contribue grandement à l'enrichissement de la collection de termites exposée au musée. Elle a publié plus de 40 articles qui ont permis d'approfondir les connaissances sur la physiologie et la diversité des termites. En tant que pionnière de l'Entomologie et en raison de ses importants travaux sur les termites, Margaret est surnommée la "Termite Lady" (la Mère des termites).


Vie de famille


Margaret se marie une première fois avec Bernard Strickland. Mais elle est vite confrontée à des défis dans la vie. Son mari, jeune marié, s'engage aux côtés des Américains pour défier l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Après avoir divorcé de Bernard Strickland, Margaret épouse Herbert L. Collins avec qui elle a deux garçons.

  

Photo en noir et blanc de Margaret S. Collins montrant à son petit-fils la procédure à suivre pour examiner un nid de termites.






Dr. Margaret S. Collins montrant à son petit-fils la procédure à suivre pour examiner un nid de termites.

Crédit: Vernard R. Lewis







Militante des droits de l'homme et des droits civiques


En tant qu'afro-américaine, Margaret fait face à plusieurs défis au cours de ces années. Le racisme et le sexisme, combinés à la ségrégation professionnelle, affectent son éducation et sa carrière. Pendant ses études, elle trouve soutien et inspiration auprès de deux mentors, Toye Davis et Frederick Lehner, qui l’aide à obtenir sa licence en sciences biologiques. Plus tard, en tant que professeur, elle voit l'une de ses conférences annulée en raison d'une alerte à la bombe. 


Femme de vision et de caractère, Margaret est très active dans la lutte pour les droits civiques qui se déroule en Floride. Dans les années cinquante, la ségrégation raciale est très présente. Les bus de la ville séparent les passagers en fonction de leur couleur. Pendant le mouvement des droits civiques, le conseil des étudiants de l'université agricole et mécanique de Floride appelle au boycott des bus urbains et à l'organisation de covoiturages comme moyen de transport alternatif. Margaret se libère de ses activités scientifiques et soutient le mouvement en conduisant des afro-américains à leur travail. Ses actions sont considérées illégales par la police et le FBI. Inspirée par le mouvement, Margaret  poursuit ses efforts en faveur des droits civiques en organisant des conférences sur "la science et la question de l'égalité humaine".



Affiche du mémorial dédié à Margaret S. Collins en sa mémoire après sa mort en 1996






Exemple d'un mémorial à la mémoire de Margaret S. Collins au musée Smithsonian.

Credit : siarchives











Margaret est une scientifique extraordinaire, passionnée par les insectes, qui pourrait être un cauchemar pour les entomophobes parmi nous. Elle est également une courageuse défenseuse des droits civiques qui consacre des années à la lutte contre la discrimination, la ségrégation et le racisme. Margaret décède le 27 avril 1996, à l'âge de 73 ans, au cours d'une de ses expéditions dans les îles Caïmans. Elle continue d'être applaudie pour sa contribution à la science. Le Muséum National d'Histoire Naturelle Smithsonian conserve précieusement la "Collection Collins", en son hommage. Elle est aujourd'hui une référence pour les étudiants en Entomologie.




Ecrit par Akila R. et édité par Tiffanie C.



 

Sources


Vernard R. Lewis "Child Prodigy, Pioneer Scientist, and Women and Civil Rights Advocate: Dr. Margaret James Strickland Collins (1922–1996)," Florida Entomologist 99(2), 334-336, (1 June 2016). https://doi.org/10.1653/024.099.0235

Eric W. Riddick, Michelle Samuel-Foo, Willye W. Bryan, and Alvin M. Simmons ‘’Memoirs of Black Entomologists: Reflections on Childhood, University, and Career Expériences’’, Entomological Society Of America, Annapolis, MD 2015


Comentarios


Logo de l'association Sciences for Girls
bottom of page