top of page

Houda DAHMANI : “Je contribue à améliorer la mobilité des personnes”


Bonjour, je m’appelle Houda Dahmani, je suis responsable d’ingénierie projets chez ALSTOM. Je travaille sur des projets de signalisation urbaine à Istanbul, en Turquie. Je suis originaire de Tétouan, une ville du Nord du Maroc.

ALSTOM est une grande entreprise internationale ferroviaire, qui fournit une large gamme de solutions de mobilité : tramways, monorails, métros, lignes à grande vitesse, etc. En Turquie, son portefeuille comprend le matériel roulant, la signalisation, l’infrastructure ferroviaire, les services et les solutions intégrées.

Les chemins de fer sont considérés comme des systèmes complexes car ils comprennent différentes disciplines d’ingénierie. Ma mission en tant que responsable d’ingénierie consiste à superviser diverses équipes d’ingénieurs et à piloter les aspects techniques de chaque projet. Je représente le projet, en interne et aussi en externe, face au client. Avec mon équipe d’ingénieurs, on définit la solution du système de transport, je valide et garantis la cohérence technique pour respecter la qualité, le coût et les délais requis.


Mon premier stage (dans la construction)

Je travaille dans le secteur ferroviaire depuis plus de 6 ans maintenant et sous différents postes. J’ai commencé dans un bureau d’études marocain en tant qu’ingénieur en tracé1. J’ai ensuite rejoint ALSTOM en tant qu’ingénieur d’interface. Ma première mission a été de gérer l’extension du Tramway de Constantine, en Algérie. J’étais la coordinatrice entre les différents sous-systèmes (alimentation électrique, signalisation, matériel roulant…) et le partenaire génie civil2.

Un an plus tard, j’ai rejoint le hub d’ALSTOM AMECA3, précisément à Istanbul, d’abord en tant qu’ingénieur de conception de voies4, puis en tant qu’ingénieur système, et aujourd’hui en tant que responsable d’ingénierie projet.


Centre de contrôle – Istanbul (Covid… masques)

Ce que j’aime dans mon travail, c’est que je contribue à améliorer la mobilité des personnes. Chaque projet permettra de transporter des milliers de personnes chaque jour, d’une manière plus intelligente, plus verte, plus sûre et plus confortable !

Ce que j’aime aussi, c’est sa diversité et sa complexité, les différentes disciplines et les interfaces entre elles. Si vous gardez l’esprit ouvert et la soif d’apprendre, vous pouvez être sûr que vous apprendrez toujours de nouvelles choses !


Route Dubai, 2020

Pourquoi ai-je décidé de travailler dans l’ingénierie ? J’ai toujours été fascinée par la construction et les grandes structures. Je me souviens que dans mon enfance, l’une de mes meilleures “distractions” était d’observer les chantiers de construction depuis ma fenêtre. Même si j’étais hyperactive, je pouvais rester assise tranquillement pendant des heures à regarder par la fenêtre, tout était intéressant ! En effet, tout se construit pendant l’enfance !

J’étais douée en mathématiques et j’aimais beaucoup les matières techniques, j’ai donc décidé de m’orienter vers l’ingénierie, et précisément le génie civil.

C’est ainsi que j’ai intégré pendant 3 ans l’école Hassania des travaux publics (l’une des meilleures écoles d’ingénieurs du Maroc et la référence en matière de génie civil !).

Durant l’été 2012, j’ai visité Paris pour la première fois. A l’époque, il y avait un tramway à Rabat mais je ne l’avais pas encore utilisé ! Cette visite à Paris était ma première expérience du système de métro, des RER et des tramways. J’étais fascinée. La conception des tunnels, les stations souterraines, les véhicules, les correspondances, les interfaces … tout était magique pour moi !

Je n’avais pas de carte touristique mais j’avais un plan de métro ! Et chaque fois que je me perdais dans la ville (je n’avais pas de téléphone ni de GPS à l’époque), je cherchais la station de métro la plus proche, je retournais au Châtelet5 et je recommençais.

C’est ce voyage qui m’a fait choisir le génie civil, avec une spécialisation en “infrastructures de transport”.

A la suite de mon école d’ingénieur, j’ai fait un MBA (Master de Business et Administration). Le MBA a été une grande opportunité pour moi. Grâce à une collaboration entre mon école au Maroc et l’école des Ponts de Paris, 1 étudiant de chaque promotion pouvait bénéficier d’une bourse pour le programme MBA en parallèle des études d’ingénieur. Le MBA m’a ouvert les yeux et l’esprit sur les différents aspects du monde des affaires. Avant, j’étais plutôt une “geek technique”.

Ce qui m’a plu le plus dans ce MBA, c’est que j’étais la plus jeune et la seule personne sans expérience. J’apprenais non seulement des professeurs mais aussi de mes camarades de classe, avec leurs différentes expériences (industrie, finance, banque, assurance, conseil, marketing, ingénierie, droit, …). Mes matières préférées étaient : la Finance, le Marketing, la Stratégie et la Négociation !

Au cours de mon parcours d’études et de mes premiers emplois, j’ai apprécié chaque étape, même si elles étaient difficiles ! Je ne suis pas sûre que je changerais quoi que ce soit.

À propos de mes hobbies, j’adore voyager, surtout avec un simple sac à dos. Découvrir des lieux, des gens, des cultures et surtout la gastronomie (miam miam) ! Mes meilleurs voyages ont été mes voyages en solo. Je crois vraiment que c’est en voyageant seul que l’on fait les plus belles rencontres. Un autre de mes passe-temps favori est la photographie (en amateur, je ne suis pas encore une professionnelle !).





Aujourd’hui, je suis mariée et mère d’une petite fille. Il est vrai que c’était difficile d’assurer l’équilibre travail/vie personnelle, surtout lorsque mon bébé était en bas âge, mais avoir un partenaire qui me soutient est une bénédiction. Il est également important d’avoir un bon manager, qui connaît les principes de la diversité et de l’inclusion, qui est axé sur le mérite et qui n’a pas de préjugés !

Pour combiner ma vie professionnelle et mes intérêts personnels, j’essaye d’organiser mes jours de congés afin de voyager le plus possible. Et même avec ma petite famille maintenant , nous nous organisons pour continuer nos missions de “découverte” autour du monde 😉

Je pense que nous avons plus de chance que nos prédécesseurs car nous pouvons voir plus de filles et de femmes se mettre en valeur, et réussir dans différents domaines. Et pas seulement dans l’ingénierie ferroviaire ! Si j’ai réussi et si mes amies ont aussi réussi, vous le pouvez aussi !

Il est vrai qu’aujourd’hui encore, j’ai toujours travaillé dans des “équipes” majoritairement masculines, avec au maximum 1 ou 2 collègues féminines dans la même équipe. Mais globalement, chez ALSTOM, nous visons une diversité féminine de 25%, nous sommes très proches de ce chiffre et ce serait formidable si nous pouvions aller au-delà, et équilibrer la présence et la concentration des femmes entre les différents départements (ingénierie, services, RH, etc.…).

Mon conseil pour renforcer l’autonomie des filles dans le domaine des sciences peut se résumer à deux choses :

L’enfance est l’âge le plus critique, où se construit la plupart de nos convictions et passions. Malheureusement, dans de nombreuses sociétés, et pas seulement dans les sociétés orientales, l’éducation, les carrières et les aspirations des filles ne sont pas prises tant au sérieux que celles des garçons. Je suis reconnaissante d’avoir eu des parents qui ne m’ont jamais laissé penser que ma réussite était moins importante que celle de mon frère. Voici donc mon message aux mamans : votre fille est aussi douée que votre fils, ne baissez pas vos attentes à son égard, au contraire, les valeurs, la motivation et les attentes ne devraient pas changer en fonction du sexe.


Girls in Science – From Isfahan

Si nous voulons soutenir les filles dans le domaine des sciences, nous devons d’abord, en tant que femmes, avoir confiance les unes dans les autres et nous soutenir mutuellement. Un jour, je discutais avec une amie architecte et j’ai été choquée d’entendre qu’elle était convaincue qu’un chirurgien masculin était toujours meilleur qu’une chirurgienne (sur la base de son expérience personnelle). Si nous ne nous soutenons pas mutuellement, si nous ne nous donnons pas les moyens d’agir et si nous ne faisons pas confiance à nos compétences et à nos capacités nous-même, comment pouvons-nous espérer que le monde le reconnaisse ?

  1. L’ingénieur en tracé définit le couloir de passage d’une route ou une voie ferrée, et veille à s’assurer que le tracé de cette route/voie ferrée respecte des caractéristiques géométriques qui permettront sécurité et confort, tout en optimisant la construction.

2. Les ingénieurs civils participent à la conception, la mise en œuvre, l’exploitation et la réhabilitation des infrastructures.

3. AMECA : Afrique, Moyen-Orient et Asie centrale, ndlr

4.Concepteur de voies : design, ingénierie et construction des différentes structures de voies ferrées pour tous types de trains et de terrains.

5 Châtelet : arrêt de métro central Parisien

Article rédigé par Mazzarine D.

0 vue0 commentaire

Comments


Logo de l'association Sciences for Girls
bottom of page