top of page

Claire BROOKS : révéler la faune et la flore

🌍🐾 Explorer les merveilles de la zoologie : comprendre les splendeurs de la vie animale 🦜🔬 La zoologie, l’étude des animaux, nous invite à un voyage exaltant dans le monde complexe de la biodiversité. Il ne s’agit pas seulement d’observer des créatures; il s’agit de déchiffrer les mystères de leurs comportements, de leurs habitats et de la diversité incroyable de la vie sur notre planète.


🌎🐾 Comprendre les espèces animales est crucial afin de conserver la biodiversité et maintenir l’équilibre planétaire délicat. La zoologie joue un rôle central pour la protection des écosystèmes fragiles et des espèces menacées.

Célébrons et soutenons les divers domaines de la zoologie, avec l’interview passionnante de Claire Brooks, une zoologiste travaillant en Australie.

zoologie zoologiste

Je m'appelle Claire et je travaille comme zoologiste senior pour une société de conseil en environnement appelée Biologic à Perth, en Australie-Occidentale. Je travaille pour mon entreprise depuis près de 12 ans, depuis que j'ai obtenu mon diplôme universitaire avec mention à l'université d'Australie-Occidentale.


Mes missions en zoologie

La zoologie peut couvrir de nombreux aspects et parcours de carrière différents, mais elle a toujours le même centre d'intérêt : les animaux. Mon rôle en tant que zoologiste est de conseiller les entreprises ou les services gouvernementaux qui souhaitent entreprendre des travaux susceptibles d'affecter la faune et l'habitat dans lequel elle vit. En Australie, les lois et les réglementations sont très strictes en ce qui concerne les perturbations de l'environnement. Avant tout défrichement ou exploitation minière dans une zone, les animaux, les plantes, l'eau, le sol et le patrimoine culturel doivent faire l'objet d'une étude et d'un rapport.


Mon travail consiste à voyager dans différentes parties de l'État d'Australie occidentale (qui est un très grand État, un quart de la taille de l'Europe !) et à effectuer des enquêtes sur le terrain pour voir quels animaux y vivent (en particulier les animaux rares) et quelles parties de l'environnement sont les plus importantes pour eux et doivent être préservées. Par exemple, nous effectuons de nombreuses études sur des espèces de chauves-souris rares comme les chauves-souris fantômes. Ces chauves-souris ne vivent que dans des grottes très sombres, chaudes et humides situées dans la partie nord de l'Australie occidentale. Nous recherchons des espèces menacées de cacatoès noirs qui nichent dans des creux d'arbres qui mettent plus de deux cents ans à se former. La plupart du temps, il n'est même pas nécessaire d'attraper les animaux : nous pouvons installer des machines qui écoutent leurs cris, des appareils photo qui les prennent en photo lorsqu'ils passent à proximité, ou même prélever des échantillons d'eau pour rechercher leur ADN.


Nos enquêtes peuvent se dérouler dans les forêts et les zones boisées, le long des zones côtières, dans les villes, dans les zones agricoles ou de culture, ou dans les déserts. Nous recherchons toutes sortes de faune, des mammifères aux oiseaux, en passant par les reptiles, les amphibiens et les poissons, et même de minuscules invertébrés comme les araignées et les scorpions dans le sol et les cavernes souterraines.


Mon travail est extrêmement important, car il consiste à fournir les meilleures informations possibles afin de minimiser les dommages causés aux animaux indigènes et à leur habitat.

J'aime avoir la possibilité d'explorer une grande partie de mon beau pays et de ses magnifiques paysages. Mais cela peut être un travail extrêmement difficile. Nous devons travailler dans des conditions très chaudes pendant les mois d'été (jusqu'à 45 degrés Celsius), et nous devons souvent porter des équipements lourds dans des collines et des gorges très escarpées, rocailleuses et accidentées. Les gens pensent généralement que l'Australie est un pays plat, mais récemment, j'ai dû escalader une gorge rocheuse de plus de 150 mètres de haut !

De gauche à droite

Région de Pilbara, Australie occidentale, où je passe une grande partie de mon temps de travail sur le terrain.

Forêt de Jarrah, dans le sud-ouest de l'Australie occidentale, où vivent de nombreux animaux que nous étudions.

Le chat marsupial de l'Ouest (chuditch), un prédateur indigène que l'on trouve dans le sud-ouest de l'Australie.


Une journée avec moi

Les études sur le terrain peuvent être très différentes en fonction des besoins : parfois, je dois prendre un hélicoptère parce qu'il n'y a pas de routes, parfois, je dois ramper dans des grottes ou, récemment, j'ai posé des colliers GPS sur des chuditchs (ou quolls occidentaux, un carnivore marsupial indigène) et je les ai suivis pour voir comment ils utilisaient leur environnement. Mais mon travail ne consiste pas toujours à m'amuser en plein air ! Mon travail est un équilibre entre le travail sur le terrain et l'analyse des données de l'étude et la rédaction d'un rapport, comme c'est souvent le cas dans les emplois scientifiques. Je peux passer des semaines entières devant mon ordinateur, mais j'ai découvert que c'était le meilleur moment pour parler à mes collègues de leurs projets, collaborer et trouver des moyens d'obtenir de meilleurs résultats la prochaine fois.

À gauche : Certains sites sont très éloignés et ne sont accessibles que par hélicoptère.

À droite : Sur le point de pénétrer dans une grotte du Pilbara à la recherche de Chauves-souris fantômes, une espèce menacée.


zoologie zoologiste
Radio-tracking d'un marsupial auquel nous avons posé un collier GPS afin d'étudier comment il utilise l'environnement local.

Mon parcours

La zoologie peut donner lieu à des emplois dans la recherche, l'enseignement, l'élevage d'animaux, les réserves de conservation ou même le gouvernement. Lorsque j'ai terminé mes études universitaires (je suis titulaire d'une licence en sciences, avec mention, et d'un certificat de troisième cycle), je ne savais pas exactement quel type de métier je voulais exercer. Je savais que je voulais travailler avec des animaux indigènes australiens et contribuer à leur conservation. J'ai fait du bénévolat auprès de plusieurs groupes locaux et j'ai voyagé pendant que je réfléchissais à ma carrière. Ce qui m'a attiré dans mon poste actuel de consultant, ce n'est pas seulement la possibilité de travailler avec des animaux, mais aussi l'engagement de mon entreprise à fournir les meilleures données scientifiques pour la conservation et l'environnement.


Nous cherchons continuellement des moyens d'améliorer la science que nous faisons et de trouver de meilleures technologies pour le faire. Mais il n'y a pas que la science : l'une des principales priorités de mon entreprise est la sécurité et le bien-être des personnes qu'elle emploie. Votre travail ne fonctionne pas si les gens qui y travaillent ne veillent pas les uns sur les autres. Si vous vous entourez de personnes qui vous soutiennent et qui sont innovantes, vous trouverez de la joie dans ce que vous faites. En passant du statut de zoologiste diplômé à celui de zoologiste confirmé, j'ai acquis les connaissances et l'expérience qui me permettent aujourd'hui d'offrir les mêmes opportunités que celles que j'ai eues aux nouveaux diplômés qui occupent des fonctions similaires à la mienne.

Moi travaillant avec des animaux :

(1) Mesure du poids, de la longueur et de la santé d'un marsupial (colin de l'ouest) près de Perth, en Australie occidentale.

(2) Une Tortue des marais de l'Ouest, en voie d'extinction, est transférée (relâchée dans une nouvelle zone) pour créer une nouvelle population.

(3) Moi et un petit serpent

(4) Un Dunnart à tête rayée capturé dans le Pilbara, en Australie occidentale.


Mon expérience en tant que femme

Mon travail de consultante en environnement m'amène à collaborer avec des sociétés minières dans toute l'Australie occidentale. L'industrie minière est très masculine. Cela a lentement changé au cours de la dernière décennie, mais lorsque j'ai commencé ma carrière, il n'y avait pas autant de femmes qu'aujourd'hui qui faisaient ce que je fais. Il peut être très difficile de passer des semaines loin de sa maison et de sa famille dans un camp minier isolé lorsque l'on fait partie d'une minorité ou que l'on n'est pas respectée. Lorsque certaines de mes collègues plus âgées ont commencé, il n'y avait même pas de toilettes pour femmes dans les camps, car il y avait très peu de femmes qui y travaillaient.


Une grande partie du travail de terrain que nous effectuons est très physique - il peut s'agir de marcher 20 kilomètres par jour sous une chaleur de 45 degrés Celsius et de porter de lourdes charges, de monter et descendre des gorges pour trouver des grottes, ou de creuser des trous profonds dans un sol pierreux et dur pour installer des pièges à animaux. Parfois, les gens vous demandent si vous êtes aussi fort ou en aussi bonne forme physique que les hommes qui font ce travail. On peut même vous poser des questions idiotes, comme celle de savoir si vous êtes capable de conduire les grosses voitures de travail aussi bien que les hommes. Lorsque j'ai commencé, beaucoup d'équipements et d'uniformes n'étaient pas conçus pour les femmes, et je portais des bottes et des pantalons d'homme, ou des gants trop grands qui ne m'allaient pas, ou encore des outils que j'avais du mal à tenir ou à saisir.


Une grande partie du travail de terrain que nous effectuons est très physique.

J'ai beaucoup réfléchi à ces questions ces dernières années et je ne veux pas qu'elles perdurent. Dans mon entreprise, nous avons créé un groupe de leadership féminin composé de femmes occupant des postes de direction et des postes subalternes, afin de discuter de tous les problèmes qui se posent au sein de notre entreprise ou avec les personnes pour lesquelles nous travaillons, et de trouver des solutions pour résoudre ces problèmes. Je suis devenue vice-présidente de l' « Environmental Consultants Association », une organisation qui s'occupe des consultants comme moi dans toute l'Australie occidentale. Lorsque je suis devenue vice-présidente, ma première priorité a été de publier une déclaration indiquant que le harcèlement ou l'inégalité à l'égard des femmes n'était pas acceptable.


Depuis, j'ai organisé un forum pour les femmes afin qu'elles discutent de leur parcours et des défis auxquels elles sont confrontées dans le domaine de la consultance environnementale, ainsi que de l'avenir des femmes dans le domaine scientifique. J'étudie les options de formation que nous pouvons proposer aux entreprises sur la manière de soutenir et de promouvoir leurs employées. Cette formation est également importante pour les collègues masculins et les managers afin qu'ils puissent les soutenir également ! Je suis également devenue récemment le mentor officiel d'une jeune femme en dehors de mon entreprise, et j'espère que je pourrai l'aider à devenir une scientifique forte, indépendante et heureuse.

zoologie zoologiste
Animation d'un forum sur les carrières scientifiques des femmes, leurs parcours et leurs défis, et leur avenir dans les sciences de l'environnement.

Mes hobbies

J'adore courir. J'habite près de la rivière Swan à Perth, qui longe de magnifiques marais et zones humides. Il n'y a rien de tel que de se lever quand toute la famille dort encore et de faire son jogging dans la nature en écoutant de la bonne musique ou les oiseaux qui se réveillent. C'est une activité très "indépendante", où il n'y a que vous pour pousser vos jambes plus loin et faire travailler vos poumons. J'aime aussi beaucoup lire. J'ai rejoint un club de lecture avec quelques amis et des gens de ma région, et nous nous retrouvons régulièrement pour discuter d'un nouveau livre. C'est un excellent moyen d'interagir avec des personnes qui ont des intérêts ou des points de vue différents des vôtres, et avec des personnes qui n'ont pas forcément le même âge ou la même origine que vous. Je fais également partie d'un petit groupe de conservation qui s'occupe d'une tortue gravement menacée qui ne vit que dans deux zones humides de Perth. Nous organisons des journées de plantation pour aider l'habitat, des visites dans les écoles pour parler de la tortue, et nous aidons à financer la recherche.

zoologie zoologiste
Une course fun !

Famille et travail

L'équilibre entre le travail et la vie privée peut être très difficile à trouver, surtout depuis que j'ai deux jeunes fils. Cela signifie que je ne peux plus faire de longues visites de terrain loin de chez moi comme avant, ou autant d'enquêtes, et que je dois concilier mon temps de travail avec le fait d'aller chercher mes enfants à l'école. Cependant, mon lieu de travail me soutient beaucoup et me permet de relever ces défis. Aujourd'hui, je fais surtout des visites de terrain plus courtes ou des enquêtes plus proches de chez moi. Je travaille à domicile lorsque c'est nécessaire, par exemple lorsque mes enfants sont malades et ont besoin de soins. Je ne considère pas la réduction du travail sur le terrain comme une chose négative ; au contraire, cela signifie que je peux me concentrer sur la gestion du projet sous un angle différent, ou m'impliquer dans d'autres comités au travail, ou avoir le temps de faire de meilleures recherches pour mes projets.

Rôle modèle Mes modèles ne se limitent pas aux scientifiques. J'admire toute personne qui non seulement fait ce qu'elle fait parce qu'elle l'aime et qu'elle est douée pour cela, mais qui entraîne aussi les autres dans son sillage. C'est pourquoi j'aime Dolly Parton, qui a tant défendu les droits des femmes, même lorsque ce n'était pas courant. Je respecte Michelle Obama, qui est une dirigeante féroce, intelligente et indépendante. J'admire également les excellents communicateurs scientifiques de notre monde, qui sont capables d'expliquer et de promouvoir la science auprès de tous les publics, comme le Dr Neil Degrasse Tyson, Dr Karl (un communicateur scientifique australien) et le Dr Brian Cox.

Quelques conseils

C'est à l'école primaire que j'ai décidé pour la première fois que je voulais devenir zoologiste. Ma mère a conservé l'un de mes devoirs scolaires datant de mes 12 ans, dans lequel j'indiquais que je voulais étudier la zoologie. Lorsque je suis arrivée au lycée, j'ai obtenu de très bonnes notes et le directeur de mon école m'a demandé de reconsidérer la possibilité de faire un diplôme scientifique standard. Il pensait que, comme j'étais très académique, je devrais faire des études plus "prestigieuses", comme le droit ou les sciences vétérinaires, ou devenir médecin. Mais je savais que je devais faire quelque chose qui me passionne, et la zoologie m'a toujours semblé être la solution idéale. Aujourd'hui, à 36 ans, je ne peux pas imaginer faire un autre métier. J'ai l'occasion de voyager et de voir mon beau pays, de découvrir des animaux dont la plupart des gens n'ont jamais entendu parler, de faire avancer la recherche et les opportunités, et de jouer mon rôle en obtenant les meilleurs résultats pour l'environnement. Je crois fermement que vos rêves et votre passion devraient l'emporter sur la perception qu'ont les gens de ce que vous "devriez" faire. Car votre rêve peut vous mener plus loin que vous ne l'imaginiez à l'âge de 12 ans.

Gauche : Gecko "aboyeur"

Droite : Marsupial de l'Ouest (chuditch)

Edité par Manon P. et Mazzarine D.


Trouver là sur Linkedin : Claire Brooks

Claire BROOKS : révéler la faune et la flore

37 vues0 commentaire
Logo de l'association Sciences for Girls
bottom of page