top of page

Cambria Rodriguez : percer le secret de notre passé

L'archéologie ne consiste pas seulement à déterrer des artefacts ; c'est un voyage passionnant qui permet de percer les mystères de notre passé. En tant qu'archéologues, nous sommes des explorateurs de l'histoire de l'humanité, qui reconstituent des récits à partir de fragments d'anciennes civilisations.


⛏️ En comprenant notre histoire grâce aux découvertes archéologiques, nous comprenons mieux le parcours de l'homme et nous favorisons les liens entre les civilisations anciennes et notre société moderne.


Célébrons le travail fascinant des archéologues avec cette interview de Cambria Rodriguez !


zoologie zoologiste

Je m'appelle Cambria Rodriguez et je suis archéologue ! (Non, je n'étudie pas les dinosaures, désolée !) Les archéologues étudient les personnes qui ont vécu dans le passé grâce aux vestiges matériels qu'elles ont laissée derrière elles. Tout ce qui va de leurs déchets aux restes de squelettes peut nous donner un aperçu de la façon dont les hommes vivaient dans le passé. Étant donné que les archéologues étudient une période aussi vaste de l'histoire et des artefacts aussi variés, beaucoup d'entre eux se spécialisent. J'ai suivi une formation spécialisée en ostéologie, l'étude des ossements humains, et mon domaine de prédilection est le Mexique, en particulier l'empire aztèque, dont les ruines anciennes se trouvent sous l'actuelle ville de Mexico.


J'ai grandi au sud de Los Angeles, en Californie, mais je vis et travaille depuis sept ans aux quatre coins du monde, au gré de ma carrière ! Pendant la majeure partie de cette période, j'ai vécu à Londres, en Angleterre. Je termine actuellement mon doctorat en archéologie à l'University College London. Mes recherches s'appuient sur des analyses biomoléculaires, ostéologiques et archéologiques pour reconstituer la vie des enfants tués rituellement dans l'empire aztèque. Historiquement, l'étude des anciennes civilisations mésoaméricaines s'est fortement appuyée sur des interprétations coloniales qui n'ont pas toujours été exactes. J'espère que ce projet transformera la façon dont les chercheurs abordent l'ethnohistoire coloniale tout en décolonisant les voix des enfants perdus dans l'histoire ancienne.


Mes missions

Mon rôle en tant qu'archéologue est de fouiller, d'interpréter et de préserver le matériel récupéré sur des sites historiques afin de mieux comprendre comment les gens du passé vivaient et mouraient. Il est très important que nous sachions comment nos ancêtres ont transformé notre société en ce qu'elle est aujourd'hui et que nous tirions les leçons de leurs erreurs et de leurs réussites. La recherche archéologique nous aide à comprendre des aspects sociaux cruciaux tels que les maladies, les changements climatiques et le développement technologique. Le rôle d'un archéologue est d'éduquer les autres sur les archives historiques, que ce soit dans une salle de classe, sur le terrain, dans une collection de musée ou dans la sphère politique. De nombreuses carrières s'offrent aux archéologues.


Fouilles dans un ossuaire à Roncevaux, Espagne
Fouilles dans un ossuaire à Roncevaux, Espagne

J'ai exercé de nombreux types d'emplois dans ce domaine, notamment en tant que professeur d'université, archéologue de terrain et conservateur de musée. J'ai eu la chance de travailler dans diverses collections de musées à travers le monde, particulièrement au Natural History Museum of Los Angeles (NHMLA), au Bernice Pauahi Bishop Museum of Hawaii, à la National Gallery of Victoria en Australie et au British Museum à Londres. Dans mes fonctions les plus récentes de conservatrice, j'ai analysé et interprété du matériel provenant d'un site occupé pendant plus de 3 000 ans dans l'Essex, en Angleterre. Notre mission consistait à rendre le matériel accessible au public et prêt pour la recherche. J'ai travaillé à la conservation et à la numérisation des artefacts dans une base de données en ligne; et j'ai déplacé le matériel dans un lieu de stockage sûr qui empêchera leur dégradation au fil du temps afin que les générations futures puissent continuer à y avoir accès.


Je pense qu'il est extrêmement important de rendre les musées et le matériel qu'ils contiennent ouvert au public et à l'ensemble de la communauté universitaire. Au cours des neuf dernières années, j'ai eu la chance de travailler sur plus d'un projet visant à numériser des collections. Dans la majorité des États-Unis, les musées sont payants et hors de portée du budget de la famille moyenne. Je suis très heureuse que mon travail permette aux gens de voir des objets et d'en tirer des enseignements dans le confort de leur foyer, n'importe où dans le monde.


On me demande toujours quelle est ma trouvaille préférée ou la chose la plus cool que j'ai vue. Malheureusement, je n'ai pas trouvé de crâne de cristal ni de trésor de briques en or. Mon expérience préférée en tant qu'archéologue a été de travailler sur le site historique national de Manzanar, en Californie. Ancien camp de relocalisation japonais de la Seconde Guerre mondiale, l'équipe a mené des fouilles archéologiques réparatrices en collaboration avec les communautés de descendants afin de découvrir des éléments qui permettront d'en savoir plus sur l'histoire complète du site. Au cours d'une saison, j'ai participé à l'excavation d'une cachette construite par un résident sous sa maison de plain-pied pour se cacher des gardes et passer du temps avec ses amis (photo ci-dessus). Dans ce sous-sol secret, les gens se réunissaient pour se cacher des dures réalités et pour socialiser sans restrictions. Nous avons trouvé toute une série d'objets, notamment des bouteilles de saké et des billes, mais ce qui a rendu cette expérience unique, c'est le fait de travailler avec le petit-fils vivant de l'homme qui a construit la cachette. Il est unique pour un archéologue de travailler avec des membres vivants d'une famille. C'est une rencontre personnelle et gratifiante que j'espère que chaque archéologue aura l'occasion de vivre. Le fait d'avoir pu découvrir les expériences de son grand-père a donné plus de sens au projet et m'a aidé à me sentir lié à des expériences passées. Voir ses larmes de joie et de gratitude pour notre travail n'a pas de prix. Les fouilles ont changé à jamais ma façon de travailler.


En tant qu'assistante de conservation au sein du département de paléontologie des invertébrés du NHMLA, j'ai photographié la collection et préparé les images pour une base de données en ligne.
En tant qu'assistante de conservation au sein du département de paléontologie des invertébrés du NHMLA, j'ai photographié la collection et préparé les images pour une base de données en ligne.

L'archéologie pour mieux comprendre le passé


On pourrait penser que, dans le monde moderne d'aujourd'hui, nous savons tout aujourd'hui ! Mais la vérité est qu'il y a encore tellement de choses que nous ignorons sur notre espèce et sur l'évolution des civilisations. L'histoire de l'humanité se trouve littéralement sous nos pieds, et les archéologues jouent un rôle important en reconstituant notre passé énigmatique et en préservant l'histoire pour les générations à venir.


J'ai commencé ma carrière universitaire en étudiant l'histoire et la politique mondiale. Je me suis toujours intéressée à l'histoire de l'Amérique latine et des peuples autochtones. En grandissant, j'ai trouvé frustrant de ne pas savoir grand-chose sur mes ancêtres et je me suis débattue avec ma propre identité. Je suis née et j'ai grandi en Californie, où la population mexicaine américaine est la plus importante des États-Unis, mais l'histoire de mes ancêtres n'a jamais été abordée dans les programmes scolaires. Jusqu'à ce que j'aille à l'université, je comptais sur les récits oraux de ma grand-mère pour en savoir plus sur mon héritage. Au cours de mes recherches de licence, j'ai réalisé qu'au lieu d'écrire sur le passé, je voulais être sur le terrain et travailler activement à reconstituer l'inconnu, et c'est ce que je préfère dans le métier d'archéologue. Malheureusement, c'est aussi ce que je préfère le moins ! Beaucoup de gens ne réalisent pas que les fouilles sont extrêmement physiques. En plus des recherches interminables, il faut beaucoup de travail manuel et parfois, on ne trouve rien du tout !


Il existe de nombreux types d'archéologie. Les quatre domaines principaux sont les suivants :

  • Archéologie spécialisée : se spécialiser dans des zones géographiques, des périodes historiques ou des types d'objets particuliers tels que la poterie, les pièces de monnaie ou les ossements.

  • Archéologie de recherche/académique : demande de financement et de subventions pour travailler sur des sites ou des projets d'étude pendant plusieurs mois ou années.

  • Archéologie publique : travail effectué par des organisations professionnelles avec la participation du public.

  • Archéologie commerciale/contractuelle : travail pour un développeur qui est responsable des coûts et du temps consacrés à un projet.


Il est rare de trouver un élément complet !
Il est rare de trouver un élément complet !

Travailler sur des projets d'archéologie commerciale peut prendre du temps et nécessiter une équipe importante en fonction de la taille et de l'échelle du projet. Dans la plupart des pays, les planificateurs de la construction sont légalement tenus de faire appel à des archéologues pour étudier le terrain avant la construction. Dans un premier temps, des recherches historiques sur la zone d'intérêt de la construction sont effectuées afin de déterminer qui ou quoi occupait la zone dans le passé. Ensuite, des "sondages" ou des "tranchées d'essai" sont creusés méthodiquement au cours de la phase d'évaluation afin de déterminer le potentiel archéologique du site. Si le potentiel du site est avéré, nous procédons alors à une fouille complète. Comme nous travaillons avec le secteur de la construction et du développement, nous sommes généralement sous contrat pour achever le projet dans un délai strict, ce qui signifie que nous travaillons toute l'année, par TOUS les temps ! Oui, cela peut être épuisant. Creuser et enregistrer sous la pluie, la neige ou la chaleur n'est pas idéal et travailler sur un chantier de construction nécessite le port d'équipements de protection tels que des bottes en acier, des casques, des lunettes de sécurité, des gants et des vêtements haute visibilité, ce qui peut rendre l'aspect physique du travail un peu inconfortable. Les fouilles nécessitent également BEAUCOUP de paperasse ! Il est très important pour la recherche post-fouille d'enregistrer chaque couche, chaque élément, chaque type de sol et chaque découverte de manière précise et détaillée. Après les fouilles, tout est envoyé à l'équipe de post-fouille et d'archivage pour être traité. Chaque artefact et os, humain ou animal, est nettoyé et enregistré numériquement. Les échantillons de sol sont également enregistrés et une équipe de spécialistes examine le matériel, notamment des archéobotanistes, des géoarchéologues, des ostéologues, des zoo-archéologues, etc. Un rapport final de notre travail et de nos conclusions est rédigé et envoyé au promoteur et généralement à un organisme public qui s'occupe de l'environnement historique. Au Royaume-Uni, Historic England est le conseiller statutaire du gouvernement.


L'ensemble du processus peut prendre quelques jours, quelques semaines, quelques mois, voire quelques années, en fonction de la taille et de l'ampleur du site. J'ai travaillé une fois sur un site qui devait être achevé en six mois. Il a duré près de deux ans ! Nous ne pouvions pas nous arrêter de trouver des structures, des sépultures et des objets romains. Bien que des recherches préliminaires soient effectuées pour déterminer le potentiel archéologique de la région, on ne peut jamais être préparé à ce que l'on peut trouver ou ne pas trouver.


Excavation d'une sépulture médiévale.
Excavation d'une sépulture médiévale.

Mon parcours

Depuis mon enfance, je rêve d'être le premier membre de ma famille à faire des études supérieures et à obtenir un doctorat. Mes parents n'ont pas eu la chance de faire des études supérieures et ils ont travaillé très dur pour m'aider à obtenir l'éducation que j'ai aujourd'hui. À ce jour, j'ai obtenu six diplômes universitaires et cela fait maintenant plus de dix ans que je retourne de temps en temps à l'université. J'aime tellement apprendre ! Je voulais obtenir mon doctorat à l'âge de 30 ans... Ce n'est pas le cas ! Ce n'est pas grave si les choses ne se déroulent pas comme vous l'aviez prévu et c'est normal d'avancer à votre propre rythme. Ne comparez pas votre parcours à celui des autres. Les bonnes choses prennent du temps et il est important que vous profitiez de chaque instant du processus. L'une des raisons pour lesquelles mon parcours éducatif a été long est que je n'ai jamais refusé une opportunité de croissance. J'ai non seulement travaillé dans le monde entier et étudié à l'étranger, mais j'ai également travaillé pour le gouvernement des États-Unis, j'ai reçu une place dans le Peace Corps américain, on m'a proposé de faire de la recherche en Tanzanie, j'ai suivi des cours sur le terrain en Espagne, et bien d'autres choses encore. Mon parcours n'a pas été facile et j'ai fait beaucoup de sacrifices pour arriver là où je suis aujourd'hui. Rien ne me manque plus que ma famille et mes amis restés au pays, mais j'ai appris à devenir une personne plus forte par moi-même. J'encourage les gens à faire du bénévolat et à s'impliquer avant de s'engager dans une carrière. Assurez-vous d'être absolument amoureux de ce que vous voulez faire pour le reste de votre vie !


C'est moi en bas à droite ! Excavation d'un mausolée romain à Londres.
C'est moi en bas à droite ! Excavation d'un mausolée romain à Londres.

Après avoir terminé mon doctorat, j'ai l'intention de travailler davantage au Mexique et de publier mes recherches en anglais et en espagnol. J'aimerais poursuivre mon travail dans le secteur du patrimoine et exercer des fonctions de direction dans des musées. Je m'intéresse aux projets de rapatriement, à l'égalité des chances pour les peuples minoritaires et à l'égalité d'accès à l'éducation. Je suis impatiente de voir où ma carrière me mènera ensuite !


Excavation d'un site commercial situé à Londres. Voyez si vous pouvez me repérer !
Excavation d'un site commercial situé à Londres. Voyez si vous pouvez me repérer !

Quelques conseils

Beaucoup de gens ont remis en question mon choix de carrière et ma capacité à réussir, ce qui m'a fait souffrir du syndrome de l'imposteur et d'un manque de confiance en moi. Certains membres de ma propre famille m'ont dit de choisir une autre voie, une voie qui "rapporterait de l'argent". Le directeur de mon département de premier cycle m'a même dit d'abandonner certains de mes petits boulots si je voulais réussir en tant qu'étudiante à temps plein. Je n'ai pas suivi son conseil et j'ai obtenu mon diplôme avec mention en tant qu'étudiant à temps plein et en travaillant à temps plein.


Avec le recul, je rappellerais à mon mini-moi de continuer à faire ce qui la rend heureuse. Défendez vos intérêts et ceux des autres et entourez-vous de personnes qui vous encouragent à vous surpasser.


My undergraduate research won first place at the California State University Student Research Competition. The research was my first published work and can be read here: https://journals.calstate.edu/tthr/article/view/2671

Ma recherche de premier cycle a remporté la première place au concours de recherche des étudiants de l'université d'État de Californie. Il s'agit de ma première publication et elle peut être consultée à l'adresse suivante : https://journals.calstate.edu/tthr/article/view/2671

Mon expérience en tant que femme dans l'archéologie

Lorsque je travaillais dans l'archéologie commerciale, parallèlement au secteur de la construction, j'étais entourée d'hommes en permanence, qui m'expliquaient comment utiliser une pelle, me demandaient "Tu as besoin d'aide avec ça, chérie ?", contestaient mon choix de carrière, j'ai tout entendu ! Mon expérience m'a incitée à créer mon compte instagram, "Big Dig Energy", pour attirer l'attention sur les difficultés rencontrées par les femmes travaillant dans les sciences et partager mes expériences personnelles dans ce domaine. Les femmes sont de plus en plus nombreuses à plaider en faveur du changement sur le lieu de travail. Au cours des cinq dernières années, j'ai assisté à une explosion du nombre de femmes travaillant et s'imposant dans le domaine de l'archéologie. J'attends avec impatience l'avenir et ce que la nouvelle génération apportera à la table.


À l'école de terrain d'Aditu Arkeologia à Roncevaux, en Espagne, trier des os devant le roi et la reine et les informer sur l'histoire du site et les recherches menées.
À l'école de terrain d'Aditu Arkeologia à Roncevaux, en Espagne, trier des os devant le roi et la reine et les informer sur l'histoire du site et les recherches menées.

Rôle modèle

En grandissant, je ne savais pas à quoi ressemblait une femme archéologue accomplie, et il est difficile d'être ce que l'on ne voit pas. L'archéologie semblait être un métier fantasmé que seuls les hommes avec un fouet et une belle apparence pouvaient exercer. Mes modèles sont des femmes de tous les jours, dans divers secteurs, qui se lèvent tous les matins et font l'effort de sortir du lit et de franchir la porte, après tout, c'est la partie la plus difficile de la journée et le premier pas pour faire la différence. J'ai la chance d'avoir dans ma vie de nombreuses personnes qui travaillent dur et qui m'inspirent tous les jours. J'espère pouvoir devenir le modèle pour les jeunes aspirants archéologues.


A gauche. Ma toute première fouille sur le site historique national de Manzanar, un ancien camp de relocalisation japonais de la Seconde Guerre mondiale.

À droite. Excavation de l'orphelinat du site historique national de Manzanar. J'ai pu emmener mon jeune frère et un ami pour vivre une journée à ma place.


Danse polynésienne

J'aime rendre service à la communauté et j'ai une passion pour la danse polynésienne. J'ai joué pour des compagnies de divertissement à Los Angeles, Las Vegas et Hawaï, et j'ai été instructrice dans un studio de danse. À l'âge de 18 ans, j'ai fusionné mes passions pour le service public et la danse et j'ai créé mon propre groupe de danse polynésienne à but non lucratif, The Hula Dollz. J'ai enseigné aux filles et aux garçons de tous âges de ma communauté l'art et la culture de la Polynésie et ses styles de danse uniques. Nous nous sommes produits pour des associations caritatives locales, des hôpitaux, des maisons de retraite, des écoles, des fêtes d'anniversaire, etc. Nous avons organisé un luau annuel afin de collecter des fonds pour acheter des vêtements, des outils et du matériel de production. La danse est mon échappatoire et il n'y a rien de plus gratifiant que d'utiliser ma passion pour faire sourire quelqu'un. Malheureusement, depuis que j'ai déménagé à Londres, je n'ai pas eu assez chaud pour remettre mes noix de coco !


Vous pouvez visionner quelques-unes de mes vidéos de danse ici ! https://www.youtube.com/watch?v=gTc8kliiYrc


Equilibre travail

Malheureusement, si vous êtes une femme dans le domaine scientifique, vous êtes probablement sous-payée et surchargée de travail ! Je suis une fervente partisane du maintien d'un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Je veux travailler pour vivre, et non vivre pour travailler ! Je suis très bien organisée et je me fixe des objectifs raisonnables à court terme pour équilibrer ma charge de travail. Le week-end, je me déconnecte complètement du travail et je refuse de consulter mes courriels en dehors des heures de travail. Cela me permet de consacrer toute mon attention à ma famille, à mes amis et à ma propre santé. Il est important pour votre santé mentale de fixer des limites, d'établir des priorités et d'éviter l'épuisement. J'adore voyager et, au début de chaque année, j'aime planifier mes vacances afin d'avoir toujours quelque chose de positif à attendre. Cette année, je prévois de visiter le Portugal, l'Allemagne et peut-être l'Égypte ! Pour mes recherches de doctorat, je devrai également me rendre en France et au Mexique.


Edité par Mazzarine D.


Trouvez là ici :

Instagram : @_bigdigenergy


Des articles sur le travail de Cambria ! 🤗


Cambria Rodriguez : percer le secret de notre passé

Logo de l'association Sciences for Girls
bottom of page