top of page

Adéline MARTIN : « Mon parcours d’ingénieur est assez atypique »

Salut ! 😊

Je m’appelle Adéline MARTIN* et j’occupe actuellement, depuis deux ans maintenant, le poste d’Ingénieure Prévention des Risques au sein du groupe Suez, dans la gestion des déchets. Suez est un groupe français de gestion de l’eau et des déchets. Il s’agit du premier fournisseur privé d’eau dans le monde et dans la gestion des déchets.

Sur quatre sites de l’entreprise, je suis chargée de :

  1. La vérification de l’application des règles de sécurité afin d’éviter les accidents.

  2. La gestion environnementale, c’est-à-dire la gestion des déchets, les rejets dans l’air et l’eau, qui consiste en des suivis quotidiens afin de veiller à ne pas dégrader le milieu naturel.

  3. La gestion de la qualité, qui consiste à déployer les systèmes de management ISO. L’Organisation Internationale de la Normalisation (ISO) établit et publie des normes internationales. Ces normes sont des sortes de règles qui décrivent les meilleures façons de faire. Par exemple, dans le cas du management environnemental, des normes existent pour réduire les impacts environnementaux, limiter les déchets et adopter une démarche plus durable.

Les femmes sont peu nombreuses sur les sites mêmes de Suez. Cependant, dans le service sécurité, environnement et qualité dans lequel je travaille, nous sommes 10 femmes et 18 hommes.

Là, c’est moi en bas à droite avec le casque bleu ! 👷🏻‍♀️

L’entreprise Suez est aujourd’hui engagée en matière de mixité et a fixé plusieurs objectifs pour augmenter le nombre de femmes dans l’entreprise :

  1. 22% de femmes cadres

  2. +10% de femmes dans les effectifs globaux

  3. 50% des candidatures sélectionnées dans tous les recrutements de managers seront des femmes

Dans ce milieu majoritairement masculin, il est difficile en début de carrière de se faire reconnaître en tant que femme cadre auprès d’hommes d’une cinquantaine d’années qui ont du mal à accepter d’être managés par des femmes. Mais cela permet de gagner en maturité !

En dehors du travail, je fais de l’équitation. C’est un sport que je pratique depuis l’enfance et qui me tient particulièrement à cœur. Je me suis d’ailleurs offert mon propre cheval dès que j’ai commencé à travailler ! 😁 Il est en pension à vingt minutes du travail et je m’occupe régulièrement de lui, 3 à 4 fois par semaine. Ensemble, nous faisons des balades. Je prends également des cours pour me perfectionner, à un rythme d’un jour par semaine que je ne manquerai pour rien au monde ! Ce jour-là, je quitte le travail tôt et m’assure à soit terminer les tâches à ma charge la veille, soit les fixer au lendemain.



Avant d’être Ingénieure Prévention des Risques chez Suez, j’ai eu un parcours assez atypique : Après la 3ème, j’ai d’abord choisi de rejoindre une filière professionnelle dans le monde du cheval, en obtenant un CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) et un BEP (Brevet d’Étude Professionnelle) activité hippique. Malgré cette passion pour l’équitation, j’avais envie d’avoir un travail davantage intellectuel plutôt que manuel. Les métiers dans le milieu du cheval sont physiques et je me suis rendue compte à 15 ans que je préférais garder l’équitation en tant que loisir dans ma vie. C’est pourquoi j’ai intégré par la suite un lycée professionnel pour acquérir un bac pro STAE (Sciences et Technologies de l’Agronomie et de l’Environnement). Une fois ce bac en poche, je suis entrée en licence de management en Qualité, Sécurité et Environnement Industriel. Et finalement, j’ai remonté toutes ces filières jusqu’à obtenir un Master 2 en Management des Risques à l’IMR (Institut du Management des Risques) à Bordeaux.


Ce changement de parcours n’a pas été facile, puisque les passerelles entre les différentes filières – notamment de professionnelle à technique puis à générale – sont rares, d’autant plus que peu d’écoles acceptent de donner cette chance. Les écarts entre les niveaux scolaires sont importants, et cela m’a demandé beaucoup de travail et plusieurs années intermédiaires afin de me remettre à niveau.

Si j’ai un conseil à vous donner : Allez au bout de vos convictions malgré les obstacles ! Il y aura toujours une école, une personne pour vous permettre d’atteindre vos objectifs. Même si le chemin est long et qu’il y aura des « détours », vous y arriverez si vous êtes déterminé.e à obtenir ce que vous souhaitez !

Rédigé par Marie H.

*nom d'emprunt

2 vues0 commentaire

Comments


Logo de l'association Sciences for Girls
bottom of page